8 août 2014

aiguille verte par l'arête des grands montets

Peut être le plus haut sommet 100% français, cocorico c'est le plus beau!
du haut de ses 4122 mètres, l'aiguille verte est fière et prestigieuse. 
"proportions parfaites... allure majestueuse... belle entre les belles... reine des montagnes... beauté fascinante..." selon l'écrivain Henri Isselin
Avec mon fidèle client Yvan, nous partons corriger un manque dans sa liste de course pourtant bien étoffée... en effet gravir la verte fait parti du passage obligatoire pour tout "montagnard" qui se respecte.
l'ayant gravit en aller/retour dans la journée en 2006 pendant le stage d'aspi avec Mat Detrie et Ben Jacquemot, mon souvenir était un peu flou!
La réalité fut bien différente puisque les conditions n'étaient pas optimales, encore trop de neige...
difficile d'enlever les crampons, adaptation, contournement des dalles... on suit les lignes de faiblesses en mixte qui sont différente de la voie "normale"... Ca rallonge un peu mais bien énervé et concentré ça passe.
On arrive au bivouac à la nuit bien installé, le froid est mordant, une bonne soupe chaude,  la nuit est difficile en plein vent... mais comme le réveil sonne rapidement ça soulage,  "pas fermé l'oeil" dira Yvan.
Lever de soleil à couper le souffle, c'est pas du grand beau temps, cela rend le paysage particulier.. sommet à 7 heure, nous voila de vrai "montagnard" selon Gaston Rebuffat... la descente par le couloir whymper en conditions exceptionnelle pour la saison... Faut pas trainer avant que ça ne réchauffe, un rappel coince, la tension est là! mais la rimaye finit par arriver... Enfin!
j'ai beau être un fan invétéré du massif des Ecrins, ici c'est la grande classe!
Une belle hivernale pour le mois d'aout!












Aucun commentaire:

Publier un commentaire